Youtube Facebook Twitter

La spiruline et les phanères

La spiruline et les phanères

Les phanères, c’est-à-dire les cheveux, les poils, les ongles, les cils et les sourcils sont intimement liés à la physiologie de la peau dont elle est l’organe nourricier de tous ces « prolongements » d’elle-même. Aussi, tout ce qui vient d’être évoqué quant à la pertinence d’une micronutrition aussi complète que possible afin de palier les carences alimentaires au quotidien, vaut pareillement pour les cheveux et les ongles. Stricto sensu, le terme de phanère inclut également les dents qui sont, elles, nourries par les muqueuses gingivales. 

Il y a bien longtemps que nos ongles ne nous servent plus de griffes à l’instar de nos lointains ancêtres prénéandertaliens, et notre système pileux de fourrure pour préserver du froid…
Les embryons qui demeurent de nos phanères, aux nuances physiologiques près que nous avons évoqué précédemment, n’ont guère plus qu’un rôle esthétique.
Notons que ce rôle esthétique de séduction des cheveux et des ongles est constant aussi loin que l’Histoire et la Préhistoire nous en laissent des traces, et dans toutes les cultures.
La longueur, la taille, la couleur, la consistance des cheveux présentent d’innombrables déclinaisons, mais conservent en commun une fonction esthétique. La multitude et le raffinement des soins proposés dans les instituts branchés, ou chez le « visagiste » en vogue, n’ont rien à envier à ceux des élégantes égyptiennes ou romaines. Aujourd’hui encore dans certaines circonstances, les soins apportés aux cheveux et aux ongles par les populations tribales réputées primitives, procèdent de la même préoccupation ancestrale. Génétique ?.. voire ! Qu’on se réfère seulement aux prodiges de transformisme et d’exubérances colorées dont sont capables les mâles, chez les volatiles comme chez les poissons, pour séduire la femelle de leurs désirs…
Mais foin des extrapolations zoologiques et, pour faire bref afin d’éviter les redondances, rappelons que la quantité et la qualité des cheveux et des ongles dépend grandement des apports en micro nutriments que notre alimentation contemporaine sur-industrialisée ne peut plus nous fournir. Vitamines du groupe B, singulièrement B2, B5, B8, B12, vitamine D, Ca, Mg, Zn, Aminoacides… autant d’éléments entrant dans la composition des (bonnes) spirulines, avec — est-il besoin de le rappeler — une excellente biodisponibilité.

 

Envie d'en savoir plus ?

Envie d'en savoir plus ?

Envoi

 

Témoignage

Delphine L.

Il est parfois difficile de garder de la distance lorsque le climat ambiant incite à la surenchère. Cette conférence de sensibilisation à la spiruline avait été préparée de longue date, et la salle — une salle de conférences de quelque cinq cents places Les témoignages de « spirulinophiles convaincus se succédaient arguant des résultats mirifiques obtenus en un temps record, notamment dans des affections dermatologiques réputées particulièrement difficiles et aux causes multiples. Un témoin attestait, joignant le geste à la parole en un strip-tease improvisé, quil n avait plus aucune trace d’un psoriasis qui le rongeait depuis de nom-breuses années et auquel nombre de dermatologues s étaient frottés.

Un autre, arguait de la disparition de son eczéma suintant qui l’handica-pat chaque année à la même époque. Autant d’exemples auxquels je m’efforçais d’apporter une réponse argumentée, en tentant de modu-ler l’enthousiasme des récents convertis, s’agissant de pathologies où l’aspect psychosomatique joue souvent un rôle déterminant, aussi bien dans le mode de déclenchement que lors de la phase d’irruption. Je me retranchais derrière la « rigueur scientifique ». Parmi les nom-breux témoignages, je soulignais pourtant ceux — aux aspects certes moins spectaculaires—mais dont le caractère constant et reproductible m’interpellait. Singulièrement les témoignages de nombreuses femmes affirmant avoir eu une qualité exceptionnelle de repousse des cheveux sous spiruline et des ongles aussi Le lendemain, le hasard a voulu que j’en parle à ma coiffeuse.

Elle-même avait eu l’occasion de consommer un peu de spiruline que je lui avais fournie, à l’occasion d’une convalescence. Non seulement les témoignages que je lui rapportais ne l’étonnaient nullement, mais elle m’avoua qu’elle avait constaté chez elle un effet identique. Devant la fréquence du problème rencontré chez ses clients et clientes, et les bénéfices constatés, elle s’était mise à distribuer la petite algue bleue…

 

Envie d'en savoir plus ?

Envie d'en savoir plus ?

Envoi

 

Source : Spiruline l’algue bleue de santé et de prévention : Docteur Jean-Louis Vidalo


e46e7c05d15b7b386e1aa6cec6d81ec0qqqqqqqqqqqqqqq