Youtube Facebook Twitter

L’histoire de la Spiruline

L’histoire de la Spiruline

L’histoire de la Spiruline

 

Les scientifiques les appellent “les architectes de l’atmosphère terrestre”. En produisant de l’oxygène, elles ont rendu l’atmosphère respirable et permis l’évolution des êtres vivants. Les microalgues bleues sont à la base de l’évolution de toutes les formes de vie sur la terre, y compris les êtres humains.

Elles représentent une charnière entre le règne des bactéries, le règne végétal et le règne animal

Il est donc tout à fait légitime d’affirmer que la spiruline est l’ancêtre de l’Homo sapiens sapiens contemporain, puisqu’elle est à l’origine de la vie animale comme du règne végétal.

La spiruline a également l’un des taux les plus élevés en chlorophylle que l’on puisse trouver dans la nature (environ 1%). Très proche de l’hémoglobine humaine, elle est parfois appelée “sang vert”.

La phycocyanine est une protéine spécifique de l’algue bleue. On ne trouve ce pigment, dont nous aurons largement l’occasion de développer ses exceptionnelles vertus, nulle part ailleurs dans la nature. Il est licite d’affirmer que la spiruline est la seule source de phycocyanine utilisable, notamment en complémentation alimentaire humaine ou animale, puis dans des déclinaisons riches de perspectives.

Apparue un milliard d’années avant la chlorophylle, la phycocyanine est considérée comme le précurseur commun de l’hémoglobine et de la chlorophylle, dans la mesure où son noyau renferme à la fois un ion fer et un ion magnésium. Ainsi peut-elle être considérée comme la struture biologique étant à l’origine du monde végétal et du monde animal.

Il existe près de 1 500 espèces d’algues bleues dont 36 comestibles. Parmi elles, la spiruline est utilisée en alimentation humaine depuis l’Antiquité. À la différence de nombreuses autres algues, ce n’est pas une algue marine, mais elle peut se développer dans de nombreux milieux marins. Elle s’est installée dans les lacs alcalins très riches en sels minéraux des régions chaudes.

Aucun autre aliment ne fournit à lui seul la totalité des besoins du corps humain, sauf … la spiruline, quasiment.

 

Ses qualités nutritionnelles, connues de manière empirique, ont été démontrées par de nombreuses études(7*). Après la publication de ce rapport, la FAO (organisation des Nations unies pour l‘alimentation et l’agriculture) déclare: “Exceptionnellement riche en protéines, en vitamines et en fer, la spiruline est depuis des siècles le secret d‘une bonne santé pour la population du lac Tchad.

Conséquence: les peuples de la région sont connus dans le pays car ils vivent plus longtemps et mieux. […] C’est l’aliment idéal du XXIe siècle. Pour l’UNESCO, c’est: ” L’aliment idéal et le plus complet de demain”. La Conférence Internationale sur les protéines microscopiques en 1972 et la Conférence alimentaire mondiale des Nations Unies en 1974 déclarent la spiruline ” aliment de santé supérieur du XXIe siècle”.  L’OMS qui a fait une étude sur la spiruline, reconnaît l’efficacité de la spiruline pour ” renforcer les défenses immunitaires et prévenir la maladie ” et y voit : ” le meilleur aliment pour l’humanité au XXIe siècle ». Pour la FDA (Food and Drug Administration), c’est: ” l’une des meilleures sources de protéines ” et pour le ministère de la Santé chinois: ” un complément alimentaire de premier ordre “.

Trois fois plus riches en protéines que la viande (9*), le poisson ou que les autres céréales (10*), la spiruline contient cinq fois plus de calcium que le lait, cinquante fois plus de fer que les épinards et deux fois plus de bêta-carotène que les carottes. Elle est également très riche en acides gras essentiels, en acides aminés (tous), quasiment toutes les vitamines connues et les oligoéléments minéraux, de très nombreuses enzymes et coenzymes, etc.

Dans Fond From Sunlight, Hills et Nakamura, estiment que sa culture massive pourrait, à court terme, résoudre le problème de la faim dans le monde.

La spiruline fait l’objet de nombreuses recherches nutritionnelles – y compris la nutrition animale – et thérapeutiques, notamment dans le domaine de l’immunologie, du SIDA, du cancer, des maladies dégénératives. Au japon, premier consommateur mondial, ses effets bénéfiques sur le diabète, les ulcères, les maladies du foie, les allergies et les problèmes cardiaques ont été étudiés de façon extensive.

 

En Russie, la spiruline est autorisée comme « aliment thérapeutique » dans le traitement des malades irradiés après la catastrophe de Tchernohyl (42*). En Inde (43*) et en Afrique(44*), entre autres, des études ont prouvé l’efficacité surprenante de la spiruline dans le traitement de plusieurs centaines d’enfants gravement dénutris.

Face à l’inquiétant déséquilibre à l’échelle planétaire de l’alimentation et de la santé humaine, les multiples ressources de la spiruline permettent d’espérer que cette singulière cyanobactérie redonnera tout son sens au précepte d’Hippocrate: ” Que la nutrition soit ta médecine. “

 

Je veux de la bonne spiruline 100% naturelle 🙂

cliquez ici 

 

 

 

(7*) : DELPEUCH F., Joseph A. & Cavelier C. : Consommation alimentaire et apport nutritionnel des algues bleues (Oscillatoris platensis) chez quelques populations du Kanem (Tchad); Ann. Nutr: Aliment. 29, 497-515, 1975.

Sautier C. and J. Tremolieres: Food value of spirulina in humans; Ann. Nutrition Alim. 30: 517-534, 1976.

L’étude SU.VI.MAX de l’lNSERM (7 ans, 13.535 volontaires) a illustré l’utilité de la spiruline comme complément alimentaire. Et le Pr. Emile Gaydou CNRS/université d’Aix—Marseille-lll, spécialiste en phytochimie, confirme son intérêt (AFP, 08/05/2004).

(9*) : Dillon J.C. and Phan P.A. : Spirulina as a source of proteins in human nutrition, 1993

(10*) : Qui en contient 22%. La teneur en protéïness de la spiruline est couramment de 50 à 60% par rapport à la matière séche, alors qu’elle n’est que de 10% pour le riz et le blé.

(42*) : Loseva, L.P. and l.V. Dardynskaya: Spirulina natural sorbent of radionucleides, Research Institute of Radiation Medicine, Minsk, Belams. 6th
lnt’1 Congress of applied Algology, Czech Republic, Sep 1993. Evets, L. et al. 1994 : Means to normalize the levels of immmoglobulin E, using the food supplement Spimlina. Grodenski State Medical Univ. Russian Federation Committee of Patents and Trade. Patent ( l9)RU (11)2005486.
Jan. 15, 1994. Loseva, L.P.: Spirulina platensis and specialties to support detoxifying pollutants and to strengthen the immune systeme-. Research Institute of Radiation Medicine. Minsk, Belarus. 8th lnt’l Congress of Applied Algology, ltaly. Belarus, Sep 1999.

 

 

 

Source : Spiruline l’algue bleue de santé et de prévention : Docteur Jean-Louis Vidalo

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

31fca79ef6e644a1cfdea78ae0436965777777777777777777777777