Youtube Facebook Twitter

Pourquoi retrouver l’alimentation d’autrefois

Pourquoi retrouver l’alimentation d’autrefois

Notre patrimoine génétique

Nos gènes se sont constitués il y a plusieurs centaines de milliers d’années, à l’époque où nous étions des chasseurs cueilleurs. Ils sont adaptés à l’environnement de nos ancêtres, et spécialement à leurs sources de nourriture.

Or nos gènes n’ayant que fort peu évolué, notre physiologie attend une alimentation semblable à celle qui était la nôtre quand nous mangions les produit de la chasse et de la cueillette : beaucoup de légumes et de fruits, de temps en temps quelques viandes ou œufs, un équilibre parfait entre oméga-6 et oméga-3, et très peu de sucre ou de farine.

 

Envie d'en savoir plus ?

Envie d'en savoir plus ?

Envoi

 

Le cancer se nourrit de sucre

Aujourd’hui les enquêtes nutritionnelles occidentales révèlent que 56 % de nos calories proviennent de trois sources qui n’existaient pas au moment où nos gènes se sont développés :

  • les sucres raffinés (sucres de canne, de betterave, sirop de maïs, de fructose etc)
  • les farines blanches (pain blanc, pâtes blanches, riz blanc etc)
  • les huiles végétales (soja, tournesol, maïs, huiles hydrogénées)

Or ces trois sources ne contiennent aucune protéine, aucune vitamine, aucun minéraux, aucun des acides gras oméga-3 essentiels aux fonctions de l’organisme. En revanche, il semble bien qu’elles alimentent directement la croissance du cancer.

En 2009, le lien entre l’insuline déclenchée par l’alimentation sucrée et le risque de cancer a été largement confirmé par la grande étude américaine “Women’s Health Initiative”. Toute la littérature scientifique nous pousse à le penser : une personne qui veut éviter le cancer se doit de limiter sérieusement sa consommation de sucre et de farines blanches.

 

Envie d'en savoir plus ?

Envie d'en savoir plus ?

Envoi

 

Il faut apprendre à consommer des aliments à faible indice glycémique

(qui ne provoquent pas un pic de glycémie ou d’insuline).

 

Indice glycémique élevé

(réduire ou éviter)

Indice glycémique bas

(préférer)

Sucres : blanc ou roux, miel, sirop d’érable, de maïs Extraits sucrants naturels : sirop d’agave, sucre de coco, mield’acacia, chocolat noir (+ de 70 % de cacao)
 Farines blanches : pain blanc, pâtes (trop cuites), riz blanc, muffins, bagels, viennoiseries, galettes de riz, céréales de petit déjeuner raffinées et sucrées. Céréales complètes et mélangées : pain multicéréales (pas seulement blé) ou fait au levain ancien, riz complet ou basmati, pâtes et nouilles cuites al dente (préférez pâtes semi-complètes ou à base de mélange de céréales), quinoa, avoine, millet, sarrasin

Pommes de terre et surtout purée de pomme de terre, Cornflakes, riz soufflé (et la plus part des autres céréales de petit déjeuner)

Patates douces, Ignames, lentilles, pois, haricots, Flocons d’avoine (porridge), museli.

 Confitures, sirop cuits au sucre, fruits en sirop Fruits à l’état naturel, particulièrement myrtilles, cerises, framboises, qui aident à réguler la glycémie (on peut ajouter du sirop d’agave pour sucrer si nécessaire)

 Boissons sucrées : jus de fruits industriels, sodas

Alcool en dehors des repas

 Eau citronnée ou parfumée au thym, à la sauge à l’écorce d’orange ou de mandarine bio, Thé vert (sans sucre ajouté ou au sirop d’agave), un verre de vin par jour avec le repas.

  L’ail, les oignons, les échalotes, mélangées aux autres aliments, contribuent à réduire les pics d’insuline

Source : Anticancer de David Servan-Schreiber

 

Envie d'en savoir plus ?

Envie d'en savoir plus ?

Envoi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

a41d8729b7eeedd1ad24a461985d8819""""""""""""""""